Grande Citadelle de Monthoux

Image François Monthoux de nuit devant sa sculpture de 2023

Une Grande Citadelle de la Création

2023 est en cours de construction non loin de la route du Marchairuz, en bas du col, non loin du village de Bière.

Je vous conseille de venir voir la sculpture en fin de journée, car le soleil tape fort là-bas.

Une cathédrale, c'est quelque chose qui monte pour chercher la lumière!

L'art, c'est le ruisseau de notre être qui déborde de son lit!

Je veux faire quelque chose qui monte, tout comme les arbres montent pour chercher la lumière. Comme si un peuple foisonnant de vie avait bâti ici sa capitale qu'il avait décorée de symboles importants. Plusieurs symboliques importantes sont déjà achevées, comme l'ermite qui tient sa lanterne, symbole de l'isolement essentiel à la pensée. Les porteurs, symboles de l'assiduité à la charge lourde de l'accumulation de culture. Le combat entre le "je veux" et le monstre "tu dois", ou encore la tour du fou au-dessus de tout cela, qui danse au bord de la falaise, inconsciente du danger. Allez voir la page dédiée aux personnages symboliques de la Citadelle. J'élèverai les entrailles de la terre jusqu'au ciel , je ferai pénétrer le ciel dans la plus obscure caverne.

Construire une ville moins éphémère

Après avoir construit une ville éphémère en 2022 dans la rivière et fait des testes de Sculptures en Argile renforcée! je voudrais faire une Citadelle pleine de sculpture solide qui puisse s'étendre sur plusieurs mètres. Ce projet ambitieux a pour objectif de créer une ville durable qui résiste au temps.


Vous pouvez m'aider !

1) En me proposant un terrain propice à la construction proche de Bière
2) En me faisent un don d'argent pour que je puisse acheter du fil de fer et d'autre matériaux

Contactez-moi

Téléphone: +41 79 319 68 61
Adresse email: francois.monthoux@gmail.com
Si vous êtes du village ou de la région, n'hésite pas à passer me voir et voir mes sculptures.

Journal de la construction

Décembre 2023

Image du sculpteur suisse François Monthoux devant sa sculpture.
Image du chien du sculpteur suisse François Monthoux devant sa sculpture.
Image du sculpteur suisse François Monthoux devant sa sculpture.
Image du sculpteur suisse François Monthoux devant sa sculpture.

Novembre 2023

Image du sculpteur suisse François Monthoux devant sa sculpture.
Image du chien du sculpteur suisse François Monthoux devant sa sculpture.
Image du sculpteur suisse François Monthoux devant sa sculpture.
Image du sculpteur suisse François Monthoux devant sa sculpture.

Octobre 2023

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

J'entame la construction d'une nouvelle grande tour, bien plus haute que moi. La construction sera dangereuse, j'essaierai de ne pas glisser de mon échelle et de ne pas m'empaler moi-même sur ma construction. Le fou changera de place et ira en haut de la nouvelle tour. Quant à l'actuelle tour du fou, elle deviendra la tour du déchu, où viendront s'empaler tous les fous qui auront osé grimper plus haut.

Gloire au déchu, car dans leur folie, ils ont franchi le pas.

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

Septembre 2023

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

le 15.09.2023 des articles sur ma sculpture sont parus dans les journaux.
Ma sculpture est un hurlement, je n'ai pas encore hurlé suffisamment fort, je hurlerais encore 100 fois s'il le faut pour qu'un jour le bruit arrive même aux oreilles du journaliste le plus robotique! Un jour, même le plus mécanique des gratte-papiers sera transpercer jusque au coeur de mon hurlement. Je dois encore travailler.

Merci aux 24 heures pour cette première page.

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

Août 2023

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

Un plan fait a posteriori pour raconter quelque élément de la ville au visiteur.

Je veux faire quelque chose qui monte, tout comme les arbres montent pour chercher la lumière. Comme si un peuple foisonnant de vie avait bâti ici sa capitale qu'il avait décorée de symboles importants. Voilà un petit plan introductif de ces archétypes, pour la plupart liés à la création, à la volonté et à l'élévation.

Un plan de la ville de François Monthouxfait a posteriori pour raconter quelque élément de la ville au visiteur.

Je construis de manière intuitive et sans plan. Le travailer sans plan amplifie l'expression de l'être, à condition d'être en maîtrise physique du travail. Sans plan et sans maîtrise du travail, l'œuvre ne serait que le résultat des aléas naturels (on peut penser notamment aux gens qui lancent de la peinture de manière aléatoire sur une toile). Avec un plan, l'œuvre n'est que le résultat logique d'une suite de conséquences presque mécanique (on peut penser à tous ces graphistes et designers mu par une exigence technique qui programme l'ensemble de leurs créations, ou alors à tous ces dessinateurs représentant des images photos réalistes pour qui le plan et la recherche de la correspondance à la photo prise en modèle). Libérée de la programmation d'un plan par le travail intuitif et libérée des contraintes naturelles par la maîtrise physique du travail, les parties les plus profondes de l'esprit peuvent alors influencer le travail, qui à son tour marquera la matière, marque de la matière que l'on appellera œuvre d'art, car elle est, dans ses conditions, expression d'une partie intime de l'être. Allez voir ma page sur l'art , je vous conseille particulièrement la série de vidéos.

Pour celui qui crée, la partie la plus impressionnante du travail intuitif est le moment où, après plusieurs jours de travail sur une structure ou une forme inconnue, il réalise à quel point elle correspond de manière millimétrique à d'autres parties précédemment réalisées. Comme si des briques lancées au hasard dans un océan tourmenté tombaient dans les profondeurs en formant une construction organisée, c'est comme si des routes tortueuses et imprévisibles se retrouvaient réunies par une force qui dépasse la compréhension de celui qui les construit.

Je vois 3 explications potentielles à ce phénomène :

1) La plus répandue est l'idée qu'une force intelligente externe au créateur le guiderait à son insu, une force intelligente qui aurait un plan, ou au moins une cohérence logique. Cette explication se rapprocherait de la théorie du dessein intelligent.

2) La plus crédible à mes yeux est l'idée qu'une part énorme de notre être comprend, analyse et structure des quantités énormes d'informations à l'insu de notre conscient. Cette part inconsciente de l'être est donc capable de produire à l'insu de notre conscience rationnelle un plan très complexe et bien plus profond que n'importe quel projet conscient.
Le point numéro 2 peut se réunir avec le point numéro 1 dans l'hypothèse où nous ne comprendrions pas réellement l'étendue de notre être. Il est en effet possible que je ne sois qu'une partie, qu'une excroissance physique d'un être plus grand. On peut penser, par exemple, à un inconscient collectif, ou alors encore plus grand, à un dieu panthéiste.

3) La troisième possibilité est qu'en réalité le phénomène observé n'existe pas, que l'ensemble des interconnexions sont en réalité produites subjectivement de manière postérieure en déformant l'ensemble des perceptions pour les faire coïncider.
La non-constatation partageable du phénomène est d'ailleurs la raison pour laquelle aucune science ne s'intéresse à cela. Croyez-vous que la réalité ne soit faite que de phénomènes constatables et partageables par tous ? Un tel positionnement reviendrait à dire que l'ensemble des esprits humains ont exactement les mêmes capacités et les mêmes sensibilités. L'égalitarisme et la démocratie ont besoin de soutenir ce postulat.

4) Une quatrième possibilité, particulièrement compliquée à concevoir, serait qu'en réalité, la cause première soit la construction et sa finalité. Ce qui revient à dire que dans le cas de cette construction, la causalité se produirait à l'inverse de l'écoulement du temps pour moi.

Juillet 2023

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

Juin 2023

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

4.06.2023

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

28.05.2023

20.05.2023

10.05.2023

le 10.05.2023 j'étends les cartiers souterrains de la ville alix vient m'aider a faire des soudure à l'étain.

9.05.2023

le 9.05.2023 il pleut beaucoup alors je ne travaille que 4 heures sur le chantier.

8.05.2023

le 8.05.2023 je continue l'argile renforcée et commence à creuser un trou cela sera le début de la ville souterraine la partie la plus pauvre de la ville.

6.05.2023

le 6.05.2023 je commence a faire de l'argile renforcée sur place je place un bâtiment rond autour d'une arrivée d'électricité et commence à étendre la ville autour.

13.04.2023

Le 13.04.2023, je transporte l'armature de la cathédrale sur le lieu où je compte construire pour voir la taille qu'elle prend sur le talus. Je prends aussi 6 porteurs avec moi dans la voiture, malheureusement le plus grand tombe sur des plus petits et certains se cassent. Je fais un live sur place pour tester le réseau. Plus tard, je répare les porteurs abîmés et je commence l'argile renforcée d'un nouveau porteur.

12.04.2023

Le 12.04.2023, j'ai commencé l'armature en fer d'une plus grande cathédrale dont un personnage sort du haut de la façade. J'ai acheté 4 fers à Béton renforcée de 2 mètres.

11.04.2023

Le 11.04.2023, j'ai fait un autre porteur couché qui sort à moitié du sol.

9.04.2023

Le 9.04.2023, j'ai eu du mal à avancer, j'ai dû faire des armatures de personnages en fil de fer et des petites maisons éclairées de l'intérieur.

8.04.2023

Le 8.04.2023, j'ai fait un porteur allongé sur le sol pour en avoir de moins hauts.

image de la page partage
image de la page partage

07.04.2023

Le 07.04.2023, je renforce les bases des sculptures de porteurs et je commande des autocollants pour voiture, car on m'a conseillé de promouvoir mon site web sur ma voiture, pour que les gens de la région le voient. Je travaille tous les jours. En plus de ce qui est écrit sur cette page, je fais encore mes vidéos. Et pourtant, j'ai le sentiment de ne pas travailler suffisamment fort, suffisamment vite... Cela vient certainement du flux incessant d'œuvres finies que l'on peut voir sur le net, qui détruit sûrement ma perception de ma capacité de travail.

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

06.04.2023

Le 06.04.2023, je finis l'argile renforcée de deux porteurs de ville. Le soir, je vais voir la ville posée près de la rivière. Il y a un problème avec le panneau solaire. Je décide donc de commander un minuteur et du nouveau matériel électrique.

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

05.04.2023

Le 05.04.2023, je commence l'argile renforcéenage de deux porteurs de ville. Ils sont les porteurs de la civilisation ou les chiens écrasés ;( Pendant que je les fais, comme souvent, l'argile renforcée coule au travers des ossatures, ce qui finit par faire ressortir les os de partout de leur chair. La chair s'ouvre et tombe en masse informe, le squelette émerge de multiples plaies... Je connais cette image, c'est une image qui me hantait. Je l'ai déjà dessinée, comme par exemple sur ce dessin de 2015 où un humain arrache les os de la chair de ses bras par le haut.
En fin de journée, je vais chercher Alix pour qu'il m'aide à reprendre le château que l'on a laissé à la rivière, mais finalement arrivés sur place, ne sachant de toute manière pas quoi faire de ce bout d'argile renforcée, nous le laissons sur place, sans doute pour quelques jours encore.

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

04.04.2023

Le 04.04.2023, je construis un nouveau château sur le dos d'un porteur déjà entamé, les constructions se propagent sur son dos comme si c'était une maladie ou une plante qui l'envahissait, ou alors comme s'il se transformait petit à petit lui-même en tourelles. Je ne sais pas s'ils sont moi, envahi par ma propre construction, ou plus largement l'homme écrasé par sa propre civilisation, ou encore le chameau qui porte un lourd fardeau qui un jour pourra peut-être tout lâcher et dire "Je veux !

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

03.04.2023

Le 03.04.2023, Je crois avoir moins mal au genou... Sentiment de ne pas être dans Une réalité fixe et commune à tous, traduit par un sentiment relativement plus clair de flotter à l'intérieur de ma propre tête. Sentiment d'être ivre, mais avec une capacité mentale tranchante là où l'alcool rend le mental plus maladroit. Sentiment que mon corps est dupliqué et superposé à lui-même le long du temps, ou sentiment d'être à quelques centimètres plus loin dans l'espace et le temps, et quelques centimètres moins loin dans l'espace et le temps de manière graduelle et estompée. Je construis un petit château avec de multiples tours sur le dos d'un porteur. C'est plutôt joli. Dans l'après-midi, Alix et Mahult m'aident à aller placer le château trop lourd, à des endroits. Je suis plutôt content de l'endroit loin de la rivière. Nous laissons finalement le château sur une souche d'arbre pour voir comment les lumières s'allumeront cette nuit.Je me dis que je ne peux pas laisser le monde croire que je fais des petits châteaux fantaisistes... Je ne fais pas des châteaux de princesse. Je veux que mes œuvres soient une porte à la mesure de chacun vers quelque chose de très éloigné du divertissement. Je voudrais que mes œuvres effraient, suscitent la peur de ce qui est inconnu, non cloisonnable, non saisissable par la raison et donnent le vertige. Je veux qu'en présence de ma sculpture, l'enfant et l'adulte soit en présence d'une porte à sa hauteur qui mène sur un pont montant vers l'infini.

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

02.04.2023

Le 02.04.2023, J'ai encore mal au genou, je tourne en rond et rumine beaucoup. Je commence l'argile renforcée de 2 personnages qui portent un château. Je ne sais pas encore si ces personnages s'intégreront à une construction plus grande ou non.

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

01.04.2023

Le 01.04.2023, j'ai mal au genou. Je vais au magasin acheter du fil de fer, de quoi faire de l'argile renforcée, mais surtout des gants de protection plus précis, et une lampe de jardin solaire que je pourrais utiliser pour alimenter la ville dans la nuit. Ensuite, malgré ma douleur au genou, je vais marcher dans la neige à la montagne pour, entre autres, regarder si je trouve un bon lieu.

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage

31.03.2023

Le 31.03.2023 Je décide de commencer un journal de la construction qui me permettra de suivre au jour le jour ce que je fais et peut-être de travailler mieux. Aujourd'hui, Alix et Mahault sont venus pour m'aider à déplacer la lourde construction, mais la pluie nous a fait renoncer. Ensuite, j'ai fait des croquis de la structure en fil de fer de 4 personnages et d'une petite forteresse en argile renforcée.

j'aimerais faire 30 fois cela !

image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage
image de la page partage